MaligneE.transilien.com est un blog de SNCF
Contribuer

Comment maîtriser la végétation aux abords des voies ?

0
Publié le 13/03/2017

Un arbre sur la voie, ça n’arrive pas tous les jours. Heureusement, car c’est très souvent lourd de conséquences sur la circulation des trains, qu’il faudra interrompre le temps que l’arbre soit dégagé.

Ce type d’incident ne se règle pas aussi vite que nous pourrions tous l’espérer. Il faut du temps pour que les équipes puissent arriver sur les lieux, et que toutes les protections de sécurité soient mises en place pour pouvoir intervenir et dégager l’arbre.

 

Mais comment des arbres peuvent-ils se retrouver sur les voies ?

Lorsque cet incident survient, vous êtes nombreux à me faire part, à travers vos questions, de votre exaspération :

  • « Pourquoi à la SNCF on attend que les arbres tombent un par un sur les voies ! »
  • « Pourquoi vous ne faites rien ?! »
  • « Pourquoi la SNCF n’anticipe pas ce genre d’incidents ?! »

Ce sont des questions tout à fait légitimes, voici donc quelques éléments de réponse.

 

La maîtrise de la végétation en actions

Depuis 2017, une experte végétation est totalement dédiée à l’organisation des chantiers de maîtrise de la végétation et tous les sujets qui s’y rattachent.

Elle organise un grand programme d’élagage, de débroussaillage et d’abattage des arbres aux abords des voies. Ces opérations d’élagage constituent d’ailleurs le premier budget de dépenses d’entretien des voies de SNCF Réseau.

Débroussaillage réalisé début mars à Esbly

Ce programme est déterminé grâce à des tournées train avec une caméra pour « cartographier » la végétation et grâce aux demandes de riverains, mairies, conducteurs, etc.

Pour limiter les conséquences sur vos déplacements, la majorité des chantiers sont réalisés la nuit.

 

Cependant, dans près de la moitié des situations, les arbres sont situés hors des emprises SNCF, soit sur des domaines privés, soit sur le domaine des collectivités territoriales.

Dans ce cas, pour tous les arbres jugés dangereux (trop hauts et/ou trop volumineux et susceptibles de tomber sur les voies ou la caténaire), il faut retrouver les propriétaires. Un courrier de mise en demeure leur est ensuite adressé.

Ce courrier a pour but d’informer le riverain : c’est à lui de faire le nécessaire, et si jamais un arbre de sa propriété tombe sur les voies, c’est lui qui est responsable des dommages (retards, voies ou caténaires abîmées, etc…).

En complément, une campagne de sensibilisation auprès des mairies et des riverains, sur les conséquences des arbres et végétations non entretenus sur les parcelles privées, a été lancée dernièrement.

Néanmoins,  nous n’attendons pas pour agir. Et dans les faits, l’élagage se fait avec une débroussailleuse mécanique placée sur les voies, qui va élaguer tous les arbres proches des voies.

Une attention particulière est accordée aux arbres jugés « dangereux » aux abords des voies. Néanmoins, malgré des visites régulières pour identifier les arbres à élaguer, un arbre qui ne parait pas « dangereux » peut le devenir en cas d’intempéries (fortes pluies, vent, etc.).

 

Prochainement, un partenariat avec l’ONF (Office National des Forêts) va permettre le recensement de la végétation pour affiner le plan d’action de maîtrise de la végétation.

Vous pouvez également nous aider à faire ce recensement, grâce au programme Vigi-express sur le site SNCF ou en composant le  N° vert 0800 848 295 (appel gratuit).

Déposez le premier commentaire sur ce sujet

Laisser un commentaire