MaligneE.transilien.com est un blog de SNCF
Contribuer

Les correspondances, ça n’existe pas : le mirage de Val de Fontenay

2
Publié le 27/10/2017

Les twittos utilisateurs du RER E s'en sont plaint ces derniers jours : les trains Tournan / Villiers ne s'attendent pas toujours en gare de Val de Fontenay. Pourquoi ?

Plusieurs tweets nous ont interpellé à ce sujet sur Twitter depuis que je suis arrivée sur la ligne, et je me suis rendu compte à cette occasion que c’est aussi un reproche qui était revenu à plusieurs reprises dans les commentaires du blog dans le passé.

Le constat est là : à Val de Fontenay, le train pour Rosny, Noisy… part parfois juste avant l’arrivée du train venant de Tournan. A partir de là, et je peux le comprendre, lorsque l’on rate sa « correspondance » de quelques secondes, on en conclut que le conducteur n’en a « rien à faire » des voyageurs. Bref, ça énerve. Sauf que…

Sauf que ce sont des termes qui n’existent pas – qui ne peuvent pas exister – dans le ferroviaire en Île-de-France : il n’y a pas de correspondance. J’entends bien : il y a des trains qui partent juste après d’autres. Et c’est même souvent le cas : beaucoup de trains circulent sur nos lignes ! C’est justement en raison de cette fréquence qu’aucune correspondance n’est assurée. Ce n’est donc pas le conducteur qui « fait exprès » ou au contraire manque d’attention : rester focalisé sur son sillon horaire, c’est ce qu’on lui demande.

Quand vous le voyez partir, vous vous dites : « il aurait pu attendre 1 min ou 2, qu’est-ce que ça change ? » Mais c’est voir une partie seulement de la situation : un train a des temps de passage à respecter, et même si à un instant T, et sur un quai donné, vous avez l’impression que quelques minutes ou secondes ne changeraient rien, retarder un peu ce train c’est entraîner des retards en cascade derrière, pour plusieurs trains, et bien plus de voyageurs.

 

Dans le cas présent, après Val de Fontenay, c’est le viaduc de Nogent et la bifurcation de Noisy, autrement dit un goulot d’étranglement et des circulations qui se suivent (RER E, ligne P, Intercités…) à flux tendu…

 

Je sais que c’est rageant, mais c’est justement pour cela que je voulais faire ce petit rappel, pour la prochaine fois où vous verrez un train vous « passer sous le nez » : c’est le hasard des grilles horaires, et non une tentative avortée d’assurer une correspondance.

2 commentaires pour “Les correspondances, ça n’existe pas : le mirage de Val de Fontenay”

  1. Memento_SNCFPasser au statut dit :

    Si je peux y aller aussi de ma petite expérience, Il y a aussi un autre élément à prendre en compte. Quelque soit le sens de circulation, le premier conducteur qui arrive à Val de Fontenay, ne sait pas, et ne peut pas savoir si le deuxième train sera là, sur le quai voisin, d’ici 30 sec, d’ici 2 minutes, ou si il a été supprimé, et dans ce cas, il ne sert a rien de l’attendre…

    Du coup, c’est vrai, comme l’écrit Marie, que j’ai tendance à coller le plus possible à ma fiche horaire, et travailler à respecter l’horaire à mes points de passage sans forcément me demander si il est pertinent d’attendre, au risque de me mettre en retard à tort et inutilement…

  2. JerePasser en mode normal dit :

    Bien que souvent en pointe les trains de Villiers et Tournan arrivent et partent plus ou moins en même temps, l’horaire coïncide et il n’est pas rare que les ADC en profitent pour faire une petite poignée de mains. Il est logique qu’un train ne peux pas attendre l’autre comme cela peut se faire en province sur des lignes avec peu de TER. Notamment parce que pour circuler il doit être dans son sillon afin de ne pas gêner les autres trains circulants sur la ligne, surtout dans le sens Paris-Province avec le point d’étranglement à deux voies du viaduc de Nogent à VSM.

Laisser un commentaire